NAÎTRE DE LA VAGUE DU LAC ET DU MOONLIGHT PARTY À LA CROISIÈRE AU CLAIR DE LUNE – CHANTAL LEMAY

NAÎTRE DE LA VAGUE DU LAC ET DU MOONLIGHT PARTY À LA CROISIÈRE AU CLAIR DE LUNE – CHANTAL LEMAY

Naître de la vague du Lac est une œuvre rendant hommage aux habitants qui, heureux, s’empressaient vers le quai et accueillaient les passagers du Météor. La seconde œuvre intitulée Du moonlight party à la croisière au clair de lune rend hommage aux ainés qui rêvent du jour où les croisières au clair de lune renaîtront de nouveau le long des côtes du grand lac Témiscamingue. Une visite approfondie du milieu, la rencontre de résidents de Ville-Marie et la lecture de documents historique, touristique et contemporain des lieux ont permis à l’artiste Chantal LeMay de privilégier deux dimensions ; physique et historique. Le majestueux lac Témiscamingue, la forêt enchantée et le Météor sont les thèmes qui ont inspiré la création des deux œuvres. Au début du siècle, la navigation était le seul moyen de communication de Ville-Marie et des environs avec le reste du monde. À une certaine époque, le Météor devient la pierre angulaire de toute la dynamique du milieu avec sa double vocation ; de communication et récréative. En été, le bateau rapportait deux fois par semaine le courrier, les nouveaux colonisateurs et les visiteurs. C’était un moment particulier de réjouissance que les habitants ne voulaient surtout pas manquer. La fin de semaine, le Météor servait de bateau de croisière au clair de lune et naviguait le long des rives québécoises. C’était le Moonlight party. Le Météor était un bateau à vapeur à deux ponts avec une grande salle et un piano. Les gens dansaient et admiraient le clair de lune sur le Lac du haut du pont supérieur. C’est la lecture d’une entrevue avec une Villemarienne née au début du siècle, Mme Isabelle Filteau, qui inspira la création de l’œuvre illustrant ce moment magnifique. Le souhait de cette dame pour l’avenir étant qu’il y ait de nouveau des croisières sur le lac Témiscamingue. Le lac est magnifique par son immensité, sa clarté, sa fraîcheur et sa superbe plage de petites roches rondes. Il est ouvert sur le monde avec ses rives québécoise et ontarienne de part et d’autre de son lit. Sur la peinture en fond de scène de l’œuvre figure une interprétation actuelle du lac. Les personnages sont gravés et colorés à grands traits dans le plexiglas et présentés sous forme figurative, et parfois suggestive. Des fantômes. Tout comme le Météor. Les plexiglas se superposent en suggérant des trainées de lumière. Même si le sujet tend vers une narration historique, le traitement des formes, des personnages et de la structure de l’œuvre rend son ensemble contemporain. La superposition par transparence des différentes scènes a comme effet de confondre l’ensemble des interventions formant ainsi une œuvre aux limites de l’abstraction. Des boîtes en bois massif sont encastrées en partie à l’intérieur du mur. Six petites boîtes les accompagnent dans lesquelles prennent place des gravures (matrices et images imprimées). Ces boîtes sont triangulaires et reprennent la forme architecturale de la porte d’arche du hall d’entrée du CLSC. Cette structure en dents de scie suggère une stylisation de la vague venue du Lac pour pénétrer l’édifice via l’œuvre et le plafond afin de se projeter sous forme d’un fort ressac s’élançant vers l’œuvre du 2e étage.

L’artiste

Native de Rouyn-Noranda, Chantal LeMay vit et travaille maintenant à Magog. Elle est titulaire d’un baccalauréat en arts visuels de l’Université Laval à Québec (1983). L’estampe a toujours été le moteur de sa pratique artistique. Sa démarche en gravure s’exprime par le monotype qui allie estampe et peinture grand format. Sa pratique s’articule autour des thématiques d’enracinement, de dépouillement, d’attachement, de recherche d’équilibre dans l’instabilité, de relation avec les êtres et ce, à partir d’éléments inspirés de la nature. À partir de l’iconographie de la forêt, des arbres et du sous-bois, elle cherche à créer des univers subtils reliés aux particularités humaines. Son travail a été présenté dans plusieurs expositions solos et collectives au Québec, en Ontario, en France et en Italie, notamment au Musée Beaulne de Coaticook (2010). Entre 1984 et 1994, elle a présenté son travail en solo dans les 5 Centres d’exposition de l’Abitibi-Témiscamingue. Ses oeuvres figurent au sein de diverses collections publiques et privées dont celle du Musée Wilfrid-Laurier de Victoriaville et des Bibliothèques nationales du Québec et du Canada.

Naître de la vague du Lac
1990 (Installation :1991)
Centre de Santé Sainte-Famille de Ville-Marie
Située au rez-de-chaussée dans le hall d’entrée principale, face au lac Témiscamingue
112 po de largeur par 76 po de hauteur, 10 po de profondeur dont 7 po encastrée.

Du moonlight party à la croisière au clair de lune
1990 (Installation :1991)
Centre de Santé Sainte-Famille de Ville-Marie
Située au 2e étage, face au poste de garde, service de soins de courte durée
130 po de largeur par 60 po de hauteur, 5 po de profondeur
Boîtiers lumineux en merisier, plexiglas, estampes eaux-fortes (plaques et papiers), petites roches rondes de lac Témiscamingue, contreplaqué peint
Firme d’architecture Bart, Carrier et Gauthier, groupe Conseil Trame
Alain Beauchemin, menuisier de La Sarre
Crédit photo : Chantal LeMay

Partager