Les voies de la connaissance – <br>  Dominique Valade

Les voies de la connaissance –
Dominique Valade

L’artiste a voulu représenter poétiquement le savoir en devenir, des premières données nécessaires à la compréhension, jusqu’au travail de confection inévitable dans la pratique d’un métier.

Les sculptures présentent une série de quatre colonnes qui ont en guise de chapiteau une boite ajourée construite en poutre d’aluminium. Chaque boite est un univers en soi. Sans définir un métier particulier, la reproduction d’outils, de symboles techniques et de mécanismes intégrés à l’intérieur de ces sculptures permet d’identifier quelques sphères d’activité d’où plusieurs métiers dérivent.

Les lettres et les chiffres symbolisent l’apprentissage, l’importance de l’écriture et de l’informatique, les transistors et les batteries font référence à la télévision, à la radio, aux communications, la maison renvoie aux métiers de la construction, la représentation de l’Homme de Vitruve de Léonard de Vinci évoque l’ingéniosité de l’homme à créer et réparer des mécanismes complexes.

À l’origine, la table à dessin et un banc (disparu) se trouvaient au centre. Ces éléments représentent la classe, l’origine de l’apprentissage, l’étude du projet présenté sur un plan, la base des données. Sur la table à dessin, le plan des routes de la région de l’Abitibi est gravé dans le granit, telles les nervures d’une feuille. À côté, la découpe d’une main présente également des nervures, traçant les lignes de la main. Sur le banc de granit se dessinaient les fossiles d’un peigne et des arêtes d’un poisson. L’association du peigne et des arêtes tentait de révéler l’ingéniosité humaine à ses origines grandement inspirée par la nature. Elle évoquait plus concrètement la représentation du secteur de l’esthétique et de la coiffure donné par l’école.

L’artiste

Dominique Valade a obtenu un doctorat en études et pratiques des arts à l’Université du Québec à Montréal en 2004. En 2006, elle produit deux expositions individuelles au musée du Bas-Saint-Laurent et au musée Laurier. Elle réalise, en 2005-2006, l’intégration d’une oeuvre lumineuse au plafond de l’urgence de l’Hôtel-Dieu de Saint-Jérôme et une oeuvre extérieure pour le Centre de formation professionnelle de Tremblant.

À titre d’artiste invitée, en 2007, elle travaille à la papeterie Saint-Armand et participe à l’exposition collective Attention papier à la galerie Stewart Hall. À l’automne 2013, elle présente une exposition à la Maison de la culture Maisonneuve de Montréal en duo avec l’artiste Denis Malo.

Depuis plusieurs années, elle poursuit une recherche qui intègre plusieurs techniques d’impression sur tissu et papier. Elle travaille au Centre d’impression textile de Montréal et depuis 2012, elle est devenue membre de l’Atelier Circulaire où elle exploite les techniques de l’eau-forte et de la taille douce, la lithographie et photolithographie. Enseignante au cégep du Vieux-Montréal, elle assume depuis 2005 la coordination du département des arts plastiques.

Les voies de la connaissance

Centre Polymétier
Peinture
Aluminium, granit, cuivre, laiton
1996

Partager